Le mystère d'une rose aux multiples efflorescences

article CP/NRCom (Centre-Presse - Nouvelle République) du 19 juin 2012 :

Exposition croisée dans le patio de Centre Presse/NR Com, avec le sculpteur Francis Dalschaert et le dessinateur Guillaume Brandy.

Francis Dalschaert et Guillaume Brandy autour de « El Diabolo Diablo ».
mloudiyi



"Le sculpteur Francis Dalschaert et le dessinateur Guillaume Brandy, qui travaillent ensemble depuis 2004, présentent au public, dans le Patio de CP/NR Com, des dessins à la frontière de la peinture, monumentaux et grandioses, grandes fresques adaptées aux proportions du lieu et créées à cette intention. Il s'agit de larges et longues bandes de papier suspendues telles des bannières à une sorte de lisse rappelant les tapisseries. À partir de techniques « humides » (encre de Chine, acrylique, gouache), les deux artistes enrichissent leurs motifs à l'aide de fusains (chunky), de pastels gras, de craie, d'argile, etc.

Des titres sont donnés aux différentes oeuvres qui offrent autant de pistes. Dans « Eaux », par exemple, on perçoit une cascade dévalant une forte pente avec des circonvolutions et des détours. Des végétaux et des êtres animés fantasmagoriques apparaissent en filigrane de-ci de-là: lapin, visages, têtes de brebis, de phoque, volatile stylisé? Les artistes souhaitent « permettre au spectateur de créer les interprétations ».
« Gardien » jouxte une porte et harmonise ses traits avec la pierre alentour. « Termes » présente un diptyque flamboyant et luxuriant, peuplé de nombreux petits personnages comme dans une apothéose cosmique où l'ensemble des créatures seraient convoquées. « El Diabolo Diablo » innove par la superposition d'un tableau de plus petite dimension sur un arrière-plan astronomique. La figure centrale suggère la tête d'un diable cornu, à peine menaçant, emporté dans un maelström peuplé d'animaux fantastiques et de petites constructions...
L'ensemble dégage une harmonie de formes, de tons, du mouvement, du miroitement. L'univers suggéré est étrange sans être inquiétant, baignant dans un continuum fait d'arabesques et de courbes comme dans la viscosité du réel. Non sans humour, les artistes ont puisé leur inspiration dans la contemplation d'une rose (d'où le titre de l'exposition), qui ouvre toutes grandes les portes de l'imagination, pour un parcours dans les circonvolutions duquel le spectateur aura plaisir à se perdre, avant de se retrouver."

Alain Le Petit


Patio de Centre Presse/NR Com, 5, rue Victor-Hugo à Poitiers, « Le mystère de la rose », du 12 juin au 26 juillet. Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h. Entrée libre.